Comment se passe une IVG médicamenteuse ?

Il existe deux types d’interruption volontaire de grossesse (IVG) : l’IVG chirurgicale et l’IVG médicamenteuse. 30 % des IVG réalisées sont des IVG médicamenteuses. Elle consiste à prendre deux comprimés prescrits par un médecin ou une sage-femme. Cette méthode est possible jusqu’à 7 semaines de grossesse. Quelles sont les étapes à respecter ?

Les points à retenir

  • L’IVG médicamenteuse peut être réalisée sans frais par un médecin ou une sage-femme.
  • L'IVG médicamenteuse peut-être réalisée via une téléconsultation.
  • Deux médicaments sont nécessaires pour interrompre la grossesse.
  • Il est possible de réaliser une IVG médicamenteuse jusqu’à 7 semaines de grossesse.
  • Les médicaments provoquant l’IVG entraînent des saignements et des contractions utérines similaires à des règles abondantes.
Personne avec un comprimé
Deux médicaments sont nécessaires pour interrompre la grossesse.

Étape 1 : la première consultation d’information

La première consultation pour une IVG a lieu dans un cabinet de ville, en centre de santé, en établissement de santé, dans un ("planning familial") ou à distance (téléconsultation). Pendant cette première consultation, le médecin ou la  : 

  • vous informe des deux différentes méthodes d’IVG (médicamenteuse ou chirurgicale) et vous remet un dossier-guide1 ;
  • vous propose un entretien psychosocial si besoin (uniquement obligatoire pour les mineures) ;
  • vous oriente vers un autre professionnel de santé s’il ne pratique lui-même l’IVG. Dans ce cas, il vous remet une attestation prouvant que vous vous êtes conformé aux étapes préalables à une IVG ;
  • vous remet fiche de liaison contenant les éléments essentiels à remettre au médecin ou à la sage-femme qui pratiquera l’IVG.

Lors de cette première consultation, vous pourrez choisir la méthode d’IVG qui convient le mieux à votre situation personnelle, et confirmer votre choix par un écrit.

Si vous êtes mineure
  • Une autorisation parentale est conseillée pour une IVG, mais elle n’est pas obligatoire.
  • Vous devez être accompagnée par un adulte de votre choix.
  • Vous devez assister à une consultation psychosociale pour procéder à l’IVG.

Bon à savoir : si le médecin, ou la sage-femme, qui vous reçoit refuse de procéder à la consultation IVG, il a le devoir de vous en informer et de vous donner les noms de professionnels de santé susceptibles de réaliser une IVG. 

95 %

C’est le taux de réussite d’une IVG médicamenteuse.

Étape 2 : la deuxième consultation

La seconde consultation a lieu avec le médecin ou la sage-femme qui réalisera votre IVG, en consultation ou en téléconsultation.
Pendant cette deuxième consultation, le médecin ou la sage femme :

  • vous explique en détail le déroulement de l’interruption de grossesse médicamenteuse ;
  • procède à un nouvel examen médical ;
  • vous fait prendre le premier cachet (mifépristone) provoquant l’IVG ou, en cas de téléconsultation, vous donne une ordonnance pour qu'un pharmacien vous le délivre.

Bon à savoir : le premier cachet n’est pas suffisant, car il ne permet pas d’expulser l’œuf.

Le premier comprimé : rôle et effets

La prise du premier comprimé : 

  • bloque l’action de l’ (la progestérone) et arrête la grossesse ;
  • favorise les contractions de l’ et l’ouverture du col utérin ;
  • provoque des saignements plus ou moins importants.
7 semaines

C’est la durée légale maximale de grossesse pour avoir recours à une IVG médicamenteuse.

Étape 3 : la prise du deuxième médicament

La prise du deuxième comprimé (misoprostol) a lieu entre 36 et 48 heures après la prise du premier comprimé :

  • dans un établissement de santé ;
  • en cabinet de ville ;
  • dans un centre de santé sexuelle ;
  • à votre domicile.
Le deuxième comprimé : rôle et effets

La prise du deuxième comprimé : 

  • augmente les contractions ;
  • déclenche l’expulsion de l’œuf ;
  • provoque des contractions utérines plus ou moins douloureuses qui ressemblent à celles des ou plus intenses. Ces douleurs sont atténuées par un antalgique ;
  • peut occasionner certains effets secondaires : nausées, vomissements, diarrhées ;
  • entraîne des saignements, quelques heures après ou plus tardivement. Ces saignements durent généralement une dizaine de jours, ils s’arrêtent d’eux-mêmes. Ils sont très importants le jour de la prise du comprimé mais diminuent ensuite.

Bon à savoir: l’expulsion de l’œuf se fait dans les 4 heures suivant la prise du deuxième comprimé dans 60 % des cas. Dans 40 % des cas, l'expulsion a lieu dans les 24 à 72 heures.

Le retour de la fertilité après une IVG, c’est immédiat !
La reprise de la fertilité après une IVG est immédiate. Il est donc recommandé de reprendre votre contraception habituelle le jour même ou de consulter votre médecin pour choisir celle qui vous conviendra le mieux.

Étape 4 : la visite de contrôle 

14 à 21 jours après la première prise de médicament, vous avez une visite de contrôle afin de s’assurer qu’il n’y a pas de complications.

La visite de contrôle chez le médecin ou la sage-femme : rôle et déroulement

Cette visite : 

  • confirme que la grossesse est bien interrompue grâce à un examen médical et/ou une échographie ou un examen sanguin ;
  • vérifie l’absence de complications liées à l’IVG médicamenteuse ;
  • évoque les moyens contraceptifs les plus adaptés à votre situation (si ce n’est pas déjà fait) ;
  • procède à une injection d’anticorps si votre groupe sanguin est négatif. Cette injection évitera des complications lors d’une éventuelle prochaine grossesse ;
  • vous remet une fiche de liaison complétée.
  •  

Et en cas d’échec de l’IVG médicamenteuse ?
En cas d’échec de l’IVG (si la grossesse se poursuit), le médecin, ou la sage-femme, vous oriente vers l’IVG chirurgicale.

Comment bien se préparer à une IVG médicamenteuse ? 

Afin que l’IVG médicamenteuse se déroule dans les meilleures conditions possibles, n’hésitez pas à vous faire accompagner dans vos démarches par une personne de confiance. Si vous avez décidé de prendre votre deuxième cachet à votre domicile, essayez, dans la mesure du possible, de vous octroyer du repos. En cas de douleurs handicapantes, vous pouvez prévoir un arrêt maladie afin de vous remettre sereinement de cet événement.
Enfin, partager votre expérience peut vous permettre de mieux vivre cet événement. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec vos proches, certaines associations ou sites web existent pour libérer la parole autour de ce sujet.

Contacts

Obtenez des informations sur l’interruption volontaire de grossesse :

Sources : 

  1. « Interruption volontaire de grossesse médicamenteuse hors établissement de santé » - Livret d’information à l’attention des médecins et des sages-femmes. 2017. Ministère de la Santé, Ivg.gouv.fr
  2. https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2011-04/ivg_methode_medicamenteuse_-_recommandations_-_mel_2011-04-28_11-39-11_882.pdf