Morpions, gale, trichomonase vaginalis : comment se protéger ?

Il existe différents types d’infection sexuellement transmissible (IST). Zoom sur les parasites de la zone génitale qu’il est nécessaire de (re)connaître pour s’en protéger et éviter de les transmettre.

Les points à retenir

  • Morpions, gale et trichomonase se transmettent par voie sexuelle.
  • Les morpions et la gale se transmettent également par contact physique direct et par le biais de textiles (draps, serviettes, etc.).
  • Des traitements existent pour se débarrasser des IST parasitaires.
Deux mains tenant un préservatif masculin
Il existe deux méthodes contraceptives masculines reconnues : les préservatifs et la vasectomie.

Quelles sont les IST parasitaires les plus fréquentes ? 

Le parasite est un organisme vivant qui ne peut survivre que grâce à un autre organisme vivant. Pour les IST parasitaires, c’est l’Homme qui permet aux de survivre. 
En effet, les parasitaires sont causées par un organisme parasite qui vient se loger dans les parties internes ou externes du corps humain. Il existe trois grands types d’IST parasitaires : la phtiriase et la gale, d’une part, et la trichomonase, d’autre part.

La phtiriase (« morpions », « poux du pubis »)

Cette IST se manifeste sous forme de minuscules poux présents dans les poils pubiens. Ils piquent et provoquent des petits boutons et des démangeaisons. Le fait de les gratter peut causer des lésions pouvant se surinfecter.

La gale

Ces acariens microscopiques viennent pondre leurs œufs sous la peau, autour des et sur les zones qui retiennent la transpiration. La gale provoque des démangeaisons et une éruption cutanée dans la région touchée (boutons, lésions…). Sans gravité, cette sexuellement transmissible peut néanmoins engendrer une surinfection liée au grattage si elle n’est pas soignée. 

La trichomonase vaginalis

Il s’agit d’une IST parasitaire très répandue. Elle se caractérise par la présence de protozoaires. Ils vivent dans le ou l’. Le plus souvent bénigne et sans , la trichomonase peut se manifester chez la femme sous la forme de changements des sécrétions vaginales, de douleurs lors des rapports sexuels ou de troubles de la miction : soit une sensation de brûlure en faisant pipi et une envie plus fréquente d’uriner. Non traitée, cette IST peut causer des douleurs abdominales et des saignements vaginaux anormaux chez la femme.
Chez l’homme, elle est souvent asymptomatique, mais peut engendrer une inflammation de l’urètre (urétrite), avec écoulements plus ou moins purulents. De rares cas d’inflammation de la prostate (prostatite) sont possibles.
Le fait d’être infecté de trichomonase accroît le risque de contamination par le VIH et le .

Comment se transmettent les IST parasitaires ? 

Transmission de la phtiriase (« morpions », « poux du pubis »)
  • Lors de rapports sexuels : par contact direct avec les poils infectés (poils pubiens et autour de l’, poils au niveau des aisselles ou poils pectoraux, barbe, cils, etc.) ;
  • Lors d’échange de serviettes, de vêtements ou linges de lit.
Transmission de la gale
  • Le contact physique direct (peau contre peau).
  • Le toucher (contact direct et prolongé avec du linge ou des objets personnels d’une personne atteinte).
Transmission de la trichomonase vaginalis

Majoritairement par voie sexuelle, mais elle peut aussi se transmettre par le partage de gants de toilette, de serviettes de toilette et de sous-vêtements.

24 heures

C’est la période pendant laquelle les peuvent rester vivants et infectants en dehors du corps parasité (ex. : dans la literie).

IST parasitaires sur les textiles : comment s’en débarrasser ? 
Les morpions et la gale peuvent se transmettre lors de​​​​​ l’échange de vêtements, serviettes de toilette et de linges de lit. Ils doivent être lavés régulièrement à 60°C en machine (cycle long ​​​​de plus de 20 minutes) pour que les parasites et les bactéries soient éliminés.

Comment savoir si vous avez attrapé une IST parasitaire ? 

Si vous avez un doute ou si vous observez des symptômes, contactez rapidement un professionnel de santé pour effectuer un .

  • Les symptômes de la présence de morpions sont principalement des démangeaisons au niveau des parties génitales ou dans la région de l’anus, associées à la présence d’œufs () à la base des poils.
  • Le symptôme de la gale est des démangeaisons (appelées « prurit ») généralisées qui s’aggravent souvent la nuit.
  • Les symptômes de la trichomonase vaginalis sont des changements dans la texture et/ou l’odeur des pertes vaginales (pouvant devenir beiges ou jaunâtres et malodorantes) et/ou des troubles de la miction (sensation de brûlure, douleurs en urinant…) et/ou douleurs pendant les rapports sexuels.

Trichomonase vaginalis et infection urinaire : quelles différences ? 
Provoquant – entre autres –  des douleurs à la miction et une sensation de brûlure, la trichomonase vaginalis est souvent mal traitée, car confondue avec une infection urinaire. Or, contrairement à une infection urinaire, il s’agit d’une IST contagieuse. À noter toutefois que ces deux infections devront être rapidement prises en charge par un traitement antibiotique adapté.

Comment se débarrasser des IST parasitaires ? 

  • Le traitement des morpions s’effectue via le rasage de la zone infectée et l’utilisation de lotion spécifique.
  • La gale peut être soignée par des traitements locaux en application ou par des traitements médicamenteux.
  • La trichomonase vaginalis peut être traitée par la prise d’antibiotique en dose unique, délivré sur ordonnance.

Bon à savoir : il est important que votre partenaire soit également traité (voire toute la famille). Il faut aussi penser à nettoyer les textiles à sec ou à chaud (60°C).