Qu’est-ce que la pédocriminalité et la pédophilie ?

Chaque année, 165 000 enfants sont victimes d’agressions sexuelles en France. Mais qu’est-ce que la pédophilie ? Et à partir de quand parle-t-on de pédocriminalité ? À quel âge peut-on considérer qu’il y a consentement sexuel ?

Les points à retenir

  • La majorité sexuelle est établie à 15 ans en France.
  • La pédocriminalité est punie par la loi.
  • Une victime mineure peut porter plainte jusqu’à la veille de ses 48 ans.

Pédocriminalité et pédophilie : de quoi parle-t-on ?

Il est important de différencier pédophilie et pédocriminalité. On qualifie de pédophilie le sexuel éprouvé pour les enfants, sans passage à l’acte. Dès lors qu’il y a passage à l’acte, on parle de pédocriminalité. 

165 000 enfants

sont victimes de viols et de violences sexuelles chaque année en France.

Que dit la loi ?

L’âge à partir duquel un enfant peut exprimer clairement un pour avoir une relation avec un adulte est fixé à 15 ans par la loi. Cependant, une personne majeure entretenant une relation sans l’accord des parents avec un enfant âgé de 15 à 18 ans pourra être poursuivie pour « détournement de mineur » (et ce, qu’ils aient – ou non – des rapports sexuels). De manière générale, les infractions à caractère sexuel commises sur les mineurs sont sévèrement punies. Les peines varient selon la gravité des faits et l’âge de la victime.
La loi sanctionne notamment : 

Les propositions sexuelles via Internet (sur un chat, un réseau social…)

Elles sont punies par la loi lorsqu’elles sont réalisées par un majeur à un mineur de moins de 15 ans de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. Les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende si une rencontre a été organisée.

L’atteinte sexuelle

Tous les comportements en lien avec l’activité sexuelle (avec ou sans ) d’un majeur en direction d’un mineur, sans qu'il y ait violence, contrainte, menace ou surprise. La peine encourue est de sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende.

La corruption de mineur

Imposer à un mineur des propos, des actes, des scènes ou des images dans le but de l’exciter sexuellement. La peine encourue peut aller jusqu’à dix ans de prison et 1 000 000 euros d’amende.

Les agressions sexuelles

Soit tous les actes sexuels sans pénétration, commis par violence, contrainte, menace ou surprise sur un mineur. Tout comportement en lien avec l’activité sexuelle qui concerne un mineur de moins de 15 ans est automatiquement classé comme une agression sexuelle. Les peines peuvent aller jusqu’à dix ans de prison et 150 000 euros d’amende.

Le viol

Acte de pénétration sexuelle commis par violence, contrainte, menace ou surprise ; il est puni par la loi, avec des peines allant de 15 à 20 ans de prison (voire plus en cas de circonstances aggravantes, comme l’). 

Le recours à un(e) prostitué(e) mineur(e)

Délit avec des peines pouvant aller jusqu’à sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende si la victime a moins de 15 ans.

Si l’auteur de l’agression et la victime ont été mises en contact par Internet, cela constitue un élément aggravant, avec des peines plus importantes.

Attention à la pédopornographie !
Le fait d’enregistrer et de conserver des images pornographiques impliquant des enfants est puni par la loi.

Que faire si vous êtes ou avez été victime ?

Il peut être très difficile de parler des dont on a été la victime. Les personnes victimes d’abus sexuels ne sont pas responsables, même si leur agresseur essaye souvent de leur faire croire le contraire. Briser le silence en se confiant à une association spécialisée ou à une personne de confiance (un proche, un médecin) peut permettre de se sentir soutenu et accompagné. 

Si vous êtes mineur

Vous pouvez appeler le 119, un numéro d’appel d’urgence gratuit et confidentiel, qui vous permettra de signaler votre situation, tout en conservant votre anonymat. En cas de difficultés à entendre ou parler, vous pouvez aussi envoyer un SMS au 114 et vous communiquerez par écrit avec un correspondant.

Vous pouvez porter plainte vous-même sans attendre votre majorité si vous le souhaitez. Des mesures de protection pourront être mises en œuvre pour vous protéger de votre agresseur, même si celui-ci est l’un de vos parents ou a une autorité sur vous.

Si vous êtes majeur et avez été victime de violences pédocriminelles

Vous pouvez porter plainte même après les faits. Le délai pour porter plainte est différent selon la nature des faits et votre âge lorsqu’ils ont eu lieu.

Si vous avez été victime d’un viol

Vous avez jusqu’à la veille de vos 48 ans pour déposer plainte. 

Vous avez été victime d’attouchements, d’agression sexuelle ou d’atteinte sexuelle
  • Si vous aviez entre 15 ans inclus et 18 ans au moment des faits, vous avez jusqu’à la veille de vos 28 ans pour déposer plainte.
  • Si vous aviez moins de 15 ans au moment des faits, vous avez jusqu’à la veille de vos 38 ans pour déposer plainte.

Contacts

Vous êtes attiré(e) sexuellement par les enfants ? N’allez pas plus loin. Un professionnel de santé peut vous aider, contactez S.T.O.P. Vous êtes témoin ou victime de pédophilie ou de pédocriminalité ? Contactez Enfance en Danger.

Sources : 

  1. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2274 – Enquête Ipsos pour l’association Mémoire traumatique et victimologie publiée en octobre 2019.
  2. https://www.cidj.com/vie-quotidienne/justice/sexualite-avant-18-ans-et-consentement-sexuel-une-avocate-vous-explique