Contraception masculine : comment ça marche ?

Moins développée que la contraception reposant sur le corps de la femme, la contraception masculine repose actuellement sur deux méthodes : les préservatifs et la vasectomie. Découvrez comment ces deux types de contraceptifs fonctionnent.

Les points à retenir

  • Il existe deux méthodes contraceptives masculines reconnues : les préservatifs et la vasectomie.
  • Des recherches sont en cours pour développer d’autres moyens de contraception masculine.
  • Le retrait n’est pas une méthode contraceptive fiable.

Le préservatif : l’allié idéal

À l’heure actuelle, le préservatif est la seule et unique méthode de contraception qui protège aussi contre toutes les infections sexuellement transmissibles (IST). Comme n’importe quelle méthode contraceptive, il est nécessaire de veiller à sa bonne utilisation afin d’éviter les risques d’accident (rupture ou glissement du préservatif). Les préservatifs peuvent être utilisés seuls ou avec un autre contraceptif afin d’éviter toute grossesse.

15,5 %

De femmes de 15 à 49 ans utilisent le préservatif comme moyen de contraception (contre 10,6 % en 2010).

Deux mains avec un préservatif
Le préservatif masculin est un moyen de contraception.

La vasectomie : qu’est-ce que c’est ?

Aussi appelée « stérilisation masculine », la vasectomie est une contraception définitive. Elle consiste à bloquer les canaux qui transportent les spermatozoïdes depuis les testicules et les empêche de se mélanger au liquide spermatique. Il y a donc toujours des érections et des éjaculations. La vasectomie n’agit pas non plus sur la production d’hormones.
De par son caractère irréversible, l'intervention ne peut être réalisée que chez les hommes âgés d'au moins 18 ans, après un délai de réflexion de quatre mois après la première consultation médicale. Il faut savoir qu'il n'est pas obligatoire d'avoir déjà eu des enfants ou d'être en couple pour avoir droit à une vasectomie.
Si votre médecin peut refuser de pratiquer l'intervention lui-même,  il doit vous en informer dès la première consultation et vous diriger vers un praticien qui la fera.
La vasectomie est le plus souvent réalisée sous anesthésie locale et, dans certains cas, sous anesthésie générale. L'intervention dure environ 10 minutes.

21 %

C’est le pourcentage de couples qui utilisent la vasectomie comme méthode de contraception au Royaume-Uni (3).

9 240

C’est le nombre de vasectomies réalisées en France en 2018 (3).

Bon à savoir : il faudra entre 8 et 16 semaines pour qu’il n’y ait plus de spermatozoïdes dans le sperme. Il est donc primordial d’utiliser un autre moyen de contraception durant ce laps de temps afin d’éviter tout risque de grossesse imprévue.

Pourquoi choisir la vasectomie ? 
La vasectomie est une contraception efficace et sans danger. Lorsqu’il n’y a pas ou plus de désir d’enfant, elle permet d’éviter à sa partenaire les contraintes liées à la contraception.

Qui consulter pour faire une vasectomie ? 
La vasectomie est réalisée par un urologue. Suite à une première consultation informative, et après un délai de réflexion de quatre mois1, l’intervention peut avoir lieu sous anesthésie locale.

Pilule, slip chauffant, injection hormonale : bientôt d’autres méthodes ? 

Des recherches sont en cours pour développer de nouvelles méthodes contraceptives masculines. Parmi elles :

  • les méthodes non hormonales ou méthodes thermiques (slip chauffant, andro-switch) qui permettraient un effondrement du nombre de spermatozoïdes produits. Ces méthodes ne sont pas reconnues par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ;
  • les méthodes hormonales sous forme de gel, d’injections ou de pilule : ces méthodes sont encore à l’état de recherche. Des essais ont lieu, mais ces méthodes ne sont pas déployées en France.

Comment utiliser une méthode non hormonale ?
L'utilisation de méthodes de contraception thermiques doit toujours se faire avec un accompagnement médical. Des consultations de contraception masculine existent, renseignez-vous!

La méthode du « retrait » est-elle efficace ? 

La méthode du « retrait », qui consiste à se retirer du vagin de sa partenaire avant l’éjaculation, a un niveau d’échec important. En effet, il peut suffire que le sperme soit déposé sur la vulve ou à l’entrée du vagin pour que les spermatozoïdes remontent jusqu’à l'utérus, puis dans les trompes. 

Bon à savoir : les spermatozoïdes sont présents également dans le liquide préséminal (c’est le liquide qui lubrifie le sexe masculin durant le rapport), donc même avant l’éjaculation.

Sources : 

  1. Solidarite.gouv, Stérilisation à visée contraceptive, 2007.
  2. Chiffres clés : Santé publique France, Baromètre Santé 2016.
  3. Nations Unies, World Contraceptive Patterns, 2013