Fellation, cunnilingus, anulingus : peut-on attraper des IST par la bouche ?

Sucer (ou se faire sucer), lécher (ou se faire lécher) : peut-on attraper des IST (infections sexuellement transmissibles) par la bouche ? Quels sont les réflexes à adopter pour se protéger de la transmission d’IST lorsqu’on pratique le sexe oral ?

Les points à retenir

  • Les IST sont transmissibles par la bouche lors de rapports buccogénitaux (de la bouche au sexe).
  • Pensez à la digue dentaire en cas de cunnilingus ou d’anulingus.
  • Pensez à utiliser un préservatif pour la fellation.

Quelles sont les IST transmissibles par la bouche ?

La bouche est un organe sexuel à part entière. Elle peut donc recevoir et/ou transmettre des IST. Il existe plusieurs qui peuvent être véhiculées par des rapports buccogénitaux (bouche-sexe) : 

Bon à savoir : le risque est faible pour le VIH, mais il existe pour la . Surtout en cas d’ dans la bouche.  

Peut-on attraper une IST par un baiser ?
Embrasser langoureusement est un moment de plaisir et il ne véhicule pas d’IST. ​​​Par contre, on peut se transmettre d’autres choses : les deux principales maladies « du baiser » sont l’herpès labial et la mononucléose infectieuse. Toutefois, des maladies plus courantes peuvent aussi être transmises par le baiser. Par exemple, les rhumes et autres infections de la sphère ORL peuvent être transmis par la salive, tout comme la grippe. 

Sucer ou lécher le sexe ou l’anus de son partenaire expose-t-il aux IST ?

Oui ! Même s’il n’y a pas de , les rapports orogénitaux comportent bien des risques de transmission d’IST. Il faut donc se protéger, en adoptant les bons gestes :

  • utiliser un préservatif ou une digue dentaire ;
  • éviter de se laver les dents ou de faire des bains de bouche avant ou après l’acte, car le brossage peut fragiliser les gencives et donne une porte d’entrée (ou de sortie) au ;
  • prendre soin de son hygiène dentaire.

Bon à savoir : il vaut mieux éviter de prendre du dans la bouche : cela augmente les risques de transmission des IST.

Pourquoi utiliser un préservatif pour une fellation ?

En suçant, on s’expose à un risque de contamination par plusieurs IST, on peut se protéger en utilisant un préservatif. N’hésitez pas à en choisir un adapté à cette pratique : non lubrifié (il est fait pour la ), sans réservoir ou encore parfumé ou fluorescent (si vous voulez ajouter une petite dose de fantaisie !).

Bon à savoir : si vous n’utilisez pas de préservatif, et pour réduire les risques d’exposition, évitez de recevoir du sperme dans la bouche et de l’avaler.

Évitez le brossage de dents juste avant et juste après le sexe oral !
Pour ne pas avoir de microsaignements aux gencives qui favorisent la transmission des IST, ne vous brossez pas les dents dans l’heure avant ou après le sexe oral. Idem pour l’utilisation du fil dentaire ou des bains de bouche. 

La digue dentaire pour les cunnilingus et anulingus : c’est quoi ?

Pour embrasser ou lécher la ou l’ en toute tranquillité, utilisez une digue dentaire. Elle permet de vous protéger des IST pendant les pratiques de sexe oral. Il s’agit d’un carré de , qui se pose sur la vulve ou l’anus. Un conseil : mettre du gel sur la partie qui sera en contact avec la , pour de meilleures sensations. On peut se la procurer en pharmacie, dans certains sex-shops ou sur Internet. Vous pouvez aussi en fabriquer une vous-même, avec un préservatif coupé dans la longueur et déplié. 

Bon à savoir :

  • si vous n’utilisez pas de digue dentaire, et pour réduire les risques d’exposition, évitez de pratiquer le pendant les ;
  • pour ne pas avoir de microsaignements aux gencives qui favorisent la transmission des IST, ne vous brossez pas les dents dans l’heure avant ou après le sexe oral. Idem pour l’utilisation du fil dentaire ou des bains de bouche.

Si vous ne vous êtes pas protégé, comment faire ?

Si vous avez eu des rapports sexuels buccaux non protégés, pensez à faire des dépistages. Précisez au professionnel de santé que vous avez ce type de pratiques, afin que le se fasse dans la bouche et la gorge par un prélèvement local (en plus de l’examen sanguin qui peut être proposé).