L’herpès génital est une IST virale très contagieuse. Dans le monde, cette infection touche près de 13 % des personnes âgées de 15 à 49 ans.

Quels sont les symptômes ?

En période de crise, l’herpès se manifeste par des petits boutons douloureux en forme de bulles (cloques) sur les , l’ ou la bouche et des démangeaisons qui peuvent s’accompagner de fièvre, de maux de tête, de ventre et de douleurs quand on urine.

Quand les premiers symptômes apparaissent-ils ?

Les premiers apparaissent une semaine ou plus après la contamination.

Comment diagnostique-t-on l’herpès génital ?

Le diagnostic de l’ se fait par un examen médical, un prélèvement local sur les cloques à l’aide d’un coton-tige.

Bon à savoir : un médecin généraliste, un ou une peuvent vous conseiller et vous prescrire un test de dépistage des . Vous pouvez aussi vous rendre dans un (Centre Gratuit d'Information, de et de Diagnostic) ou un (Centre de Planification et d’Éducation Familiale).

Un dépistage anonyme et gratuit, c’est possible !
Dans les CeGIDD (Centre Gratuit d'Information, de Dépistage et de Diagnostic), les dépistages sont anonymes et gratuits. 

Quelles sont les complications possibles ?

Non traité, l’herpès génital peut engendrer des complications graves, telles que l’atteinte du nouveau-né au moment de l’accouchement, si la mère est infectée.

Quels sont les traitements ?

Il existe des médicaments disponibles sur ordonnance qui permettent de combattre la douleur et de diminuer l’intensité et la durée de la crise d’herpès. Mais ces traitements n’éliminent pas le , des crises peuvent donc réapparaître au cours de la vie.

Le préservatif : le meilleur allié pour lutter contre les IST !
Il n’existe actuellement aucun vaccin pour prévenir l’herpès génital. Le seul moyen d’éviter une infection est donc de se protéger avec un préservatif lors de chaque rapport sexuel.

L’herpès génital et le VIH/Sida

Comme toute IST, l’herpès génital fragilise les muqueuses et augmente considérablement le risque de contamination par le virus du sida.
Chez les personnes co-infectées par le VIH et le virus de l'herpès génital, les risques de transmission, la fréquence et la gravité des symptômes de l'herpès sont augmentés.