Comment dire « non » à une relation sexuelle et comment accepter le « non » de son partenaire ?

« Il insiste tout le temps, alors je cède, même si je n'ai pas de désir », des phrases souvent entendues et qui nous rappellent à quel point il est important de savoir dire « non » à une relation sexuelle non désirée. Pourquoi exprimer son consentement ou son non-consentement est-il fondamental ? Comment faire ?

Pourquoi est-il important de savoir dire « non » à une relation sexuelle quand on n’en a pas envie ?

Savoir dire « non », c’est apprendre à se dire « oui » à soi-même, une façon d’être à l’écoute de ses désirs et de ses envies. En osant dire « non », vous respectez votre , vos propres limites et faites respecter votre voix. Les limites que vous vous fixez peuvent bien évidemment évoluer avec le temps, selon les circonstances ou encore selon vos partenaires. Ce n’est pas parce que vous n’avez pas envie de faire un type d’acte sexuel avec un partenaire que vous ne voudrez jamais le faire (avec ce même partenaire ou un autre).

Le « non » doit pouvoir intervenir à tout moment. 
Vous devez vous sentir libre de dire « non » à chaque instant, même si vous aviez dit « oui » ou fait penser que c’était « oui ». Ce n’est pas parce que vous avez dit « oui » à une relation sexuelle que vous avez dit « oui » à toutes les pratiques sexuelles. Vous pouvez interrompre à tout moment la relation si elle ne correspond pas à votre désir ! 

Pourquoi est-ce parfois difficile de dire « non » ? 

Savoir dire « non » est une véritable étape dans l’affirmation de soi et l’expression de ses désirs qui n’est pas évidente pour tout le monde.

Lorsqu’on est adolescent, par exemple, il peut parfois être difficile de dire « non » à cause d’un manque d’assurance ou tout simplement parce qu’on ne sait pas encore vraiment quelles sont les limites que l’on a envie de se fixer ou de dépasser. 
La difficulté de dire « non » peut aussi venir d’une peur d’être rejeté ou abandonné par son partenaire.
On peut aussi parfois craindre de « froisser » son partenaire ou de lui « faire du mal ». 

Dans le cas d’une nouvelle relation, la difficulté à dire « non » peut venir d’une crainte d’avoir envoyé les mauvais signaux (en acceptant de boire un dernier verre, par exemple). 
En couple, l’impression d’avoir un « devoir conjugal », c’est-à-dire de devoir satisfaire sexuellement son partenaire, même lorsqu’on n’a pas envie d’avoir de relations sexuelles, peut également compliquer sa capacité à dire « non » à une relation que l’on ne désire pas.

Votre doit être le reflet de votre désir. Écoutez votre désir avant celui des autres : vous avez le droit d’avoir envie ou de ne pas avoir envie, et de l’exprimer. Vous ne devez rien à personne : votre désir doit être pris en compte pour une relation sexuelle ou affective épanouie. Le sexe, ce n’est pas un partenaire au service de la jouissance de l’autre, mais plutôt la réunion de deux désirs.

Bon à savoir : votre consentement peut évoluer. Vous pouvez dire « non » après avoir dit « oui » ou avoir fait penser que c’était « oui ». Vous pouvez à tout moment arrêter une relation sexuelle, même si cette dernière est engagée. Aucun acte ou rapport sexuel ne doivent vous être imposés.

Est-ce que dire « non » à une relation sexuelle veut dire qu’on n’aime pas la personne ? 

Absolument pas ! Les sentiments amoureux et le désir sont deux choses différentes. Il peut y avoir de l’amour avec du désir, du désir sans amour, et de l’amour sans désir. Et le désir et les sentiments peuvent évoluer au fil du temps, du contexte… Ce n’est pas parce que vous dites « non » maintenant que vous direz « non » toujours. Mais l’autre n’a pas à insister.

Votre consentement et votre désir sont plus importants que la jouissance de votre partenaire. 
Les relations sexuelles sont avant tout un plaisir partagé et pas un plaisir en solitaire. Soyez donc à l’écoute de votre désir et faites entendre votre « oui », comme votre « non ».

Comment savoir entendre le « non » de son partenaire ? Comment faire quand l’un veut et l’autre pas ? 

Les relations sexuelles sont avant tout un plaisir partagé. Votre partenaire ne vous « doit » pas des rapports sexuels et vous ne lui en devez pas non plus. Si votre partenaire dit « non », il faut l’accepter et être à son écoute. Le désir ne se commande pas. Ce n’est pas parce que votre partenaire n’a pas envie de vous qu’il ne vous aime pas ou qu’il vous aime moins. 
Mais si le désir ne se commande pas, il peut se ! Vous pouvez essayer de faire naître le désir chez votre partenaire, en restant attentif et à l’écoute, sans jamais le forcer ou lui faire du chantage affectif. Cela peut prendre du temps. C’est un travail à faire tout au long de la relation.

Et si le désir ne revient pas, il est possible d’ouvrir le dialogue autour de ce sujet : il pourrait s’agir d’un problème de libido dont vous n’êtes pas responsable. Différents éléments du quotidien peuvent être en cause : soucis au travail, naissance d’un enfant, problèmes de santé, etc. Parlez-en afin de mieux comprendre le « non » et d’être capable de l’accepter plus facilement ! 

8 %

des jeunes femmes, chez les 15-17 ans, ont déjà été confrontées à des rapports forcés ou à des tentatives de rapport forcé, contre 1 % des jeunes hommes.

Source : 

  1. https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2018/consentement-chez-les-adolescents-savoir-l-exprimer-savoir-l-entendre